Je passe un petit coup de gueule contre cet individu, auteur prolifique de science-fiction.

On présente Werber comme un écrivain mêlant des faits scientifiques à ses oeuvres de fiction. En réalité Bernard Werber, ancien journaliste "scientifique", n'a aucune connaissance scientifique suffisante pour que du crédit soit apporté au "faits scientifique" de ses livres.

Prenons un seul exemple : d'après Werber, dans les fourmis, il y a deux gros vaisseaux qui vont et reviennent du cerveau, LA jugulaire et LA carotide, l'une dans un sens, l'autre... dans l'autre sens. Il est utile de présicer que c'est loin d'être la vérité... En effet, le sang arrivent au cerveau par les deux artères carotides et en ressort par les deux veines jugulaires.
Je ne parle même pas de ses affirmations sur les expériences de sortie du corps, où l'âme (ou quelque chose d'équivalent) quitterait le corps au cours de rite précis ou de méditation. Très scientifique n'est-ce pas ?

Passons...

J'ai assisté en 2005, à la Faculté des Sciences de Nancy, à une conférence/projection en présence de Werber. Je n'exagère pas en disant qu'il a déçu tout le monde.

Je passe rapidement sur son air pédant au moment de lancer sa phrase leitmotiv "Science sans conscience n'est que ruine de l'âme" dans le seul moment qu'il a trouvé adéquat pour la sortir, lorsqu'on lui a apporté un micro qui tarda un peu à fonctionner correctement. Remarquez à quelle point c'est inadapté ici...

Werber s'est contredit dans sa conférence en indiquant d'abord que la Terre était condamnée, sans aucun espoir, et qu'il était grand temps de refléchir à un exil de l'Humanité sur une autre planète. Une question lui fut posée plus tard sur la sauvegarde de la planète, à laquelle il répondit qu'il y était attaché et convaincu, si chacun y met du sien, qu'on pourrait sauver la Terre... Et quand une personne de l'assistance lui a fait remarquer sa contradiction, il répond qu'il n'a pas entendu la question, et donna la parole à quelqu'un d'autre très rapidement.

L'écrivain a aussi donné une magnifique réponse, qui me fait encore rire aujourd'hui : "Mais, franchement, Monsieur Werber, que croyez-vous qu'il restera de vous quand vous ne sortirez plus de livres ? Vous pensez que vous resterez connu ?" Sa réponse : "Oh ! Ne vous en faîtes pas pour moi ! Si je n'écris plus, je ferai des films, de la musique, de la télé ! J'ai beaucoup d'idée !"

Consternant.

Bien qu'ayant rappelé plusieurs fois pendant la conférence qu'il ferait des dédicaces à la fin de la soirée, il n'eut que peu de succès. Et ce, malgré les 400 personnes environ présentes à la conférence.